L’histoire de l’anatomie de l’Antiquité jusqu’au 19e siècle.

L’article intitulé « Anatomie artistique » tiré de l’encyclopédie Larousse va être l’objet de notre étude. L’interface du site est très simple, à droite nous pouvons trouver le plan de l’article dans lequel il est question de la représentation de l’anatomie dans les  différents domaines artistiques. Le plan suit une logique chronologique, de l’Antiquité au 19e siècle en passant par la Renaissance, période pendant laquelle une importance toute particulière est accordée à la représentation du corps humain.

Pour chaque période qui a marqué l’histoire de l’art, un paragraphe présente le rôle qu’a joué l’anatomie, et comment chaque artiste, a travers leur propre style et l’influence de l’époque dans laquelle ils s’inscrivent, a représenté l’anatomie du corps humain.

Très vite le souci de représenter des corps humains qui soient en parfaite adéquation avec la réalité s’est posé. C’est ainsi que sont menées des études anatomiques mettant la figure humaine au centre des recherches

C’est à l’Antiquité que se manifeste un intérêt pour la représentation de l’anatomie et plus particulièrement dans le domaine de la sculpture. Les premiers signes de représentation des muscles et des détails anatomiques commencent progressivement à faire leurs apparitions. La reproduction parfaite de l’anatomie demandait des connaissances précises du corps humain, c’est pour cela que des dissections sont effectuées et autorisées dès le 4e siècle avant J-C, puis interdites au Moyen-Age, mais rétablies au 13e siècle. Les artistes commencent à représenter des corps humains en mouvement. Diverses œuvres (sculptures, vases, peintures) sont mentionnées en exemple dans l’article de Larousse, mais il n’y a pas d’illustration.

Le paragraphe consacré au Moyen-Age est très court. Étant  donné que l’article du site Larousse porte essentiellement sur l’anatomie, et que celle-ci a été délaissée pendant cette période, très peu de choses pouvaient être dites. A l’inverse, celui de la Renaissance est le plus long, vu que l’intérêt des peintres italiens du Quattrocento était la représentation du corps humain. C’est ainsi que sont évoquées les recherches anatomiques du célèbre Léonard de Vinci, mais aussi les études sur l’anatomie du corps humain de Michel-Ange qui, rappelons-le, était sa principale préoccupation.

Nous constatons, que les recherches des uns et des autres, complétées par l’étude de modèles nus, et les dissections de cadavres, ont contribué à faire évoluer la représentation anatomique. Ainsi, les traités théoriques se sont multipliés. Au cours des siècles suivant, une certaine liberté va faire son apparition dans la représentation du corps et cela débutera dès le maniérisme.

L’article tiré de l’encyclopédie Larousse nous retrace l’histoire des études anatomiques depuis ses débuts jusqu’au 19e siècle permettant ainsi de nous faire prendre conscience de l’importance qu’elles ont eu et des différentes études que celles-ci ont suscité. Elles révèlent le souci de connaître pour pouvoir représenter.

L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s